happynest ?

Après plus de cinq années d’inscription dans le paysage artistique régional, Superamas dresse le constat d’un besoin d’accompagnement renforcé de l’émergence artistique dans les Hauts de France. La région compte de nombreux jeunes talents, mais ils peinent à se faire connaître au niveau national et plus encore à l’international. Car, si l’offre de formation initiale et supérieure dans le domaine du spectacle vivant est relativement riche (conservatoires régionaux et départementaux, Ecole du Nord, formation continue des danseurs à l’Echangeur ou au Gymnase), il n’existe pas de structure d’accompagnement des jeunes artistes émergents. Le Fresnoy, studio national des arts contemporains, basé à Tourcoing, est une exception notable. Mais il s’adresse essentiellement aux artistes visuels, plasticiens et vidéastes. Dans le champ du spectacle vivant, le jeune artiste, une fois formé, est livré à lui-même. Or, pour un artiste en début de carrière, les besoins d’appui sont de plusieurs ordres : mentorat et conseils artistiques et techniques, accompagnement administratif, aide au montage d’une production, accès aux réseaux de diffusion nationaux et internationaux. Aujourd’hui, le créateur actif dans le champ du spectacle vivant ne peut se reposer sur ses seules qualités artistiques. Il doit –qu’on le veuille ou non- s’inscrire dans une dynamique similaire à une démarche entrepreneuriale. Cette approche est quasi-absente des cycles de formation initiale et supérieure. Et ce manque est peu ou mal couvert par l’offre de formation continue.

happynest  : une plateforme professionnalisante de soutien à l’émergence artistique

Avec happynest Superamas entend mettre en place une structure souple d’accompagnement de projets portés par de jeunes artistes régionaux dans le champ des arts de la scène. Son objectif porte sur la consolidation et la professionnalisation de leur pratique artistique, la mise en réseau et l’ouverture internationale.

Profil et sélection des jeunes artistes

Pour son année de lancement (novembre 2016 à novembre 2017), happynest accompagnera 3 projets artistiques initiés dans les Hauts de France. Chaque projet pourra être porté de manière individuelle ou collective par un ou des jeunes artistes en début de carrière. happynest ne s’adresse pas à des étudiants ou des artistes en formation initiale, mais à des créateurs d’ores et déjà diplômés.

La sélection des artistes se fera sur la base d’un appel à projet lancé au début décembre 2016. Le choix sera fonction de la qualité du projet et des besoins spécifiques d’appui qu’il réclame. Quelle que soit la formation initiale des artistes (théâtre, danse, cirque, arts plastiques, cinéma, etc.), le projet devra s’inscrire dans le domaine des arts vivants: projet de spectacle, d’intervention performative, etc.

Accompagnement des projets

A l’issue du processus de sélection, un programme d’accompagnement spécifique à chaque projet sera défini. Il pourra notamment porter sur tout ou partie des champs suivants et sera assuré par les membres du collectif Superamas :
Précision des concepts et des enjeux artistiques ;
Conseils dramaturgiques ;
Conseils sur l’interprétation ;
Tests, regards extérieurs et retours d’expérience sur le projet en cours de production ;
Conseils techniques (son, lumière, scénographie, nouvelles technologies) ;
Conseils administratifs (montage de dossiers de subvention, établissement des budgets).

Ce programme d’accompagnement s’articulera aux périodes de résidence de travail (recherches, écriture, création) que les jeunes artistes mèneront en 2017 afin de concrétiser leur projet.

Parallèlement à cet accompagnement « sur mesure » de chaque projet, des rencontres régulières réunissant l’ensemble des équipes et le collectif Superamas seront mises en place. Elles permettront – à travers le partage d’expériences et de pratiques- de rassembler les artistes autour de problématiques  qui se posent à chacun malgré la diversité des disciplines (les enjeux de la communication autour d’une œuvre artistique, par exemple). Ce « tronc commun » sera également l’occasion d’un rapprochement entre les différents participants de happynest, nécessaire au renforcement de sa cohésion globale.

Espaces d’accueil et mise en réseau

En fonction des besoins spécifiques à chaque projet et afin d’offrir aux artistes qui les portent des conditions de travail professionnelles, des périodes d’accueil en studio seront organisées au sein des institutions partenaires de happynest . Les contacts de Superamas au sein de ces structures permettront de faciliter l’accès à ces lieux aux jeunes artistes de happynest, augmentant ainsi également les possibilités d’une éventuelle programmation ultérieure. Idéalement, chaque projet pourra disposer d’un volume de 4 semaines d’accueil studio.

La reconnaissance de Superamas lui donne par ailleurs accès à des interlocuteurs qui ne seraient pas nécessairement aussi accessibles à de jeunes artistes en début de carrière. Là aussi, au regard des nécessités de chacun des projets, des passerelles pourront être jetées non seulement en direction des théâtres et des festivals, mais également vers l’Université, le monde de la recherche, les tutelles publiques ou les entreprises innovantes de la région.

Visibilité et ouverture internationale

Superamas encouragera les programmateurs de son réseau à venir découvrir les projets défendus au sein de happynest. Un « temps fort » sera organisé avec l’appui des partenaires au cours duquel seront présentées les pièces achevées, ou des étapes de travail, en fonction de l’avancée respective de chaque projet.

Parallèlement, Superamas ouvrira son carnet d’adresses de programmateurs et de producteurs internationaux aux jeunes artistes de happynest. S’il est sans doute trop tôt pour imaginer lors de l’année de lancement des rencontres à l’étranger, il est en revanche envisageable de faire se rencontrer les artistes de happynest avec les programmateurs du réseau européen APAP (Advancing Performing Arts Project) lors de leur réunion à Amiens ou de leur venue au festival Tendance Europe. Superamas, comme la Maison de la Culture, appartiennent tous deux à ce réseau financé par l’Union Européenne.

Publicités